Mettre en pratique la permaculture dans son jardin

Vous avez certainement déjà entendu ou lu ce mot de permaculture quelque part et vous vous demandez peut-être de quoi il s'agit. La permaculture, c'est à la fois une éthique de vie et une manière de cultiver la terre et de produire qui va plus loin que le jardinage bio.
En permaculture, chaque plante doit occuper la place la plus optimale pour elle, chaque élément du jardin doit avoir plusieurs fonctions, toutes les énergies naturelles doivent être utilisées au mieux et la biodiversité doit être respectée et encouragée. En permaculture, tous les éléments du jardin sont importants : la terre, l’air, l’eau, les plantes, les constructions, les animaux, l’humain et forment un tout cohérent, autonome, durable et nourricier.
Dans cet article, nous avons cherché à vous éclairer sur ce qu'est la permaculture et à vous donner les clés pour appliquer les principes de la permaculture dans votre jardin, sur votre terrasse et même sur votre balcon.

La permaculture, ça vient d'où?

La permaculture vient de l'anglais « permanent culture » signifiant « agriculture permanente ». Dans les années 70, Bill Mollison et David Holmgren, deux australiens, ont formalisé le concept de la permaculture et l'ont diffusé auprès du plus grand nombre. Leur démarche a été d'observer le fonctionnement et l'efficacité des écosystèmes naturels et de s'en inspirer. Ils ont aussi pris en compte les meilleures pratiques de l'agriculture traditionnelle sans négliger les apports de la science et des techniques modernes. Leur objectif était de bâtir des écosystèmes cohérents, économiquement viables et nourriciers puis de reproduire ce modèle inspiré à la fois de la nature et de l'agriculture à plus petite échelle, dans un jardin par exemple. Il s'agit alors de faire de son jardin, l'écosystème le plus cohérent possible, à la fois autonome et durable, à l'image de la nature.

Comment mettre en pratique la permaculture dans son jardin

Depuis, le modèle de permaculture a évolué pour devenir aussi un mode de vie, ne se limitant plus au jardin mais prenant en compte tout son environnement, en particulier sa communauté (voisinage, village, associations...).
Le respect de la terre et des hommes est au cœur de cette éthique de vie. Le respect, le partage et l'entraide en sont les clés : respecter la nature, la biodiversité, partager ses expériences, ses graines, son compost, ses productions... avec ses voisins, sa famille, ses amis, son quartier, son village.

Les principes de la permaculture appliqués au jardin

La permaculture a beaucoup de points communs avec le jardinage biologique mais va aussi beaucoup plus loin. Si le jardinage biologique tient surtout à des pratiques de jardinage plus respectueuses de la nature, la permaculture est aussi une façon de moins gaspiller en optimisant chaque centimètre, chaque énergie produite...

Un jardin cultivé selon les principes de la permaculture doit être autonome, durable et nourricier.

Les principes énoncés ci-dessous ne sont classés par ordre d'importance. L'idée est plutôt de vous donner quelques clés fondamentales de la permaculture, à vous de vous voir ceux que vous voulez / pouvez appliquer.

Principe n°1 : favoriser la fertilité durable des sols

La permaculture a pour but de favoriser une fertilité durable des sols en privilégiant notamment des cultures plus permanentes qu'annuelles. Les arbres et les arbustes sont donc les petits chouchous puis arrivent les vivaces, qui devancent les annuelles qui se ressèment seules et enfin les annuelles que l'on doit semer. Vous comprenez la logique ? Les cultures plus pérennes perturbent moins le sol donc on les favorise. Mais toutes les plantes peuvent trouver leur place dans votre jardin ou sur votre terrasse !

Principe n°2 : chaque plante à la bonne place

Chaque plante doit trouver SA place et de préférence la bonne, c'est-à-dire celle qui lui convient le mieux, là où ses besoins seront comblés et son énergie utilisée. En plantant la plante au bon endroit, on dépense moins d'énergie pour la cultiver car elle trouve tout ce dont elle a besoin. Pour faire cela, il faut avoir une vue d'ensemble du jardin : exposition, sol, vent, murs, constructions... et essayer de constituer le plan idéal de son jardin afin de positionner chaque élément du jardin au bon endroit. Cela vaut également pour le composteur, la mare ou le collecteur d'eau, etc.

Principe n°3 : chaque élément assure plusieurs fonctions

Prenons quelques exemples concrets :
Une mare dans un jardin permet d'assurer le stockage de l'eau pour arroser le potager, fournir un abri aux oiseaux de passage et aux grenouilles ou encore de réfléchir la lumière du soleil.
Une haie vous protège du regard des autres et du vent, mais c'est aussi une belle opportunité pour récolter des baies et offrir le gîte aux oiseaux et autres animaux. A elle seule, la haie remplit 3 fonctions : utilitaire, nourricière et protectrice de la biodiversité.
On peut également mentionner ici le rôle des plantes compagnes ou des plantes qui par leur métabolisme contribuent à enrichir le sol : comme les fèves qui apportent de l'azote au sol, la bourrache qui attire les insectes pollinisateurs, ou la tanaisie qui éloigne les doryphores.

Comment mettre en pratique la permaculture dans son jardin
Le saviez-vous ? La bourrache attire les insectes pollinisateurs et ses fleurs sont comestibles.

Principe n°4 : favoriser et respecter la biodiversité

N'hésitez pas à cultiver une grandes diversité de végétaux : arbres, arbustes, vivaces, légumes et fleurs, plantes aromatiques. Cette diversité permettra également d'accueillir une large palette d'insectes et autres animaux utiles au jardin.

Comment mettre en pratique la permaculture dans son jardin
Découvrez Comment fabriquer un hôtel à insectes

Principe n° 5 : occuper au maximum l'espace

Utilisez au maximum l'espace disponible aussi bien au sol qu'à la verticale. C'est le secret pour pouvoir obtenir une récolte généreuse et pouvoir redistribuer à sa communauté ou à sa famille. En permaculture aucun espace n’est inutile. Tout doit être valorisé : clôtures, murs et autres structures sur lesquels on peut faire grimper des courges, des melons, des concombres ou des kiwis si la structure est solide. Mais on peut aussi y faire pousser des capucines, des pois de senteurs ou des ipomées qui participent à la biodiversité du jardin et qui ne manqueront pas de contribuer à l'équilibre du jardin en attirant des insectes utiles par exemple.

Comment mettre en pratique la permaculture dans son jardin
Le saviez-vous ? La capucine, grimpante ou rampante, attire les pucerons qui préfèreront s'installer sur elle plutôt que sur les cultures environnantes et ses fleurs sont comestibles.

Principe n° 6 : intervenir le moins possible

Laissez faire la nature, elle sait ce qu'elle fait. Faites les bonnes associations en choisissant des plantes compagnes adaptées et vous verrez que vous n'aurez presque pas à intervenir. Favorisez également les plantations pérennes (arbres, arbustes, vivaces, annuelles qui se ressèment).

Principe n°7 : recycler et éviter de gaspiller

Rien ne se jette, tout se récupère. Avant de jeter quelque chose, voyez si vous pouvez vous en servir différemment…
L'énergie produite naturellement par chaque élément (aussi bien le soleil, que les plantes et les organismes qui vivent au jardin) doit également être optimisée au maximum, collectée, stockée si possible pour être utilisée quand on en aura besoin.
Récoltez vos graines pour l'année suivante. Les feuilles mortes peuvent servir de paillage pour limiter les arrosages ou aller rejoindre le compost pour enrichir le sol. Le bois mort peut vous servir à faire des bordures. L’imagination est votre seule limite. Le but étant d’alléger au maximum les poubelles et de ne jeter que ce qui ne peut pas être valorisé d’une manière ou d’une autre.

Ces quelques principes peuvent tout aussi bien s'appliquer sur une terrasse ou un balcon, en les adaptant quelque peu : occuper tout l’espace disponible (sols et murs), associer fruitiers, fleurs et légumes, accueillir la biodiversité ou encore limiter le gaspillage.

Comment mettre en pratique la permaculture dans son jardin
Le paillis, ici de la paille, permet de limiter le développement des mauvaises herbes, de réduire les arrosages et sert d'abri aux insectes et autres animaux utiles du jardin.

Retenez bien ces gestes qui vont vous être bien utiles si vous vous lancez dans la permaculture : composter, pailler, semer des engrais vert et cultiver des plantes compagnes.

Au sein de la pépinière, nous appliquons déjà quelques uns des principes de la permaculture : nous récupérons l'eau de pluie pour arroser nos plantes dans une mare, nous favorisons au maximum la biodiversité et nous pratiquons la lutte biologique intégrée. Nous vous proposons également de nombreux fruitiers originaux et rustiques, adaptés à nos climats, comme l'asiminier, le feijoa ou encore les agrumes rustiques. Vous trouverez aussi à la pépinière et sur notre site de nombreux arbustes à baies pour vos haies, à la fois utilitaires et nourriciers.

Meilleures ventes

Informations